Protocole pour remonter ses vies antérieures en conscience et en sécurité

remonter ses vies antérieures

Je partage avec vous un protocole mis au point par mon amie Mao pour remonter ses vies antérieures de manière consciente, en toute sécurité. Quand bien même vous ne craignez rien à tenter cette expérience, elle n’en reste pas moins anodine et il est possible que vous ressentiez de fortes émotions liées aux expériences que vous auriez pu vivre dans vos précédentes vies – ou vies parallèles.

Pour cela, enregistrez-vous ou demandez à quelqu’un de vous lire le protocole ci-dessous. Ou, si vous êtes dotés d’une bonne mémoire, lisez le texte, imprégnez-vous s’en puis laissez-vous aller…

Si vous n’obtenez aucun résultat à la première tentative, ne forcez pas et recommencez une prochaine fois lorsque vous vous sentirez plus détendu. Si au bout de plusieurs essais vous ne reçevez toujours rien, dites-vous qu’il est possible que votre guide ou vos anges gardiens vous épargnent une expérience qui pourrait vous être inutilement douloureuse. Si l’expérience de revivre une vie antérieure est parfois nécessaire pour aider à comprendre et dénouer des liens karmiques, cette même expérience peut au contraire être un frein à votre cheminement. Dans tous les cas, accueillez comme un cadeau ce que vous recevez – ou ne recevez pas.

Je vous souhaite un agréable voyage  ❤︎

Protocole pour remonter ses vies antérieures : 

Allongez-vous et installez-vous le plus confortablement possible, de préference à l’extérieur, dans un endroit calme et agréable.

La base utilisée pour la nécessaire relaxation est la sophrologie.

Posez-vous, détendez-vous, vous entendez les bruits extérieurs, mais ils ne vous atteignent pas, ne vous dérangent pas.

Si un son se fait entendre, une sonnerie un klaxon, un animal, une voix humaine, il ne vous atteindra pas, il fait partie de l’envrionnement et votre conscience l’entendra sans en être dérangée.

Vous vous détendez, vous vous détachez de ce qui vous entoure, vous entrez en vous. Vous allez prendre conscience de vous pour entamer ce merveilleux voyage à la découverte de soi et de ses vies.

Détendez-vous, commencez par prendre conscience de vos pieds. Prenez conscience, ressentez en vous vos pieds en commençant par la pointe. 
Ces doigts de pieds que l’on agite, que l’on pose sur le sol des milliers de fois par jour sans y faire attention, ces doigts de pieds indispensables à notre marche, prenez en conscience.

Ressentez la peau, les articulations, les muscles, les os, les vaisseaux sanguins, les nerfs qui transmettent tous les ordres que votre cerveau leur donne sans que vous y fassiez attention ;

Sentez battre le sang qui circule, prenez conscience tranquillement de vos doigts de pieds puis remontez doucement prendre conscience de votre pied, de la plante, du dessus, du talon, prenez complètement conscience, sentez votre corps, ressentez-le dans sa densité, sa profondeur, totalement, remontez vers vos chevilles, puis vos mollets, doucement, faites en le tour, entrez en eux, ressentez-les.

Remontez vers vos genoux, qui plient et se déplient encore et encore, ressentez la merveilleuse machine qu’est votre corps, ces articulations si précises, ces rouages si parfaits, ressentez vos cuisses, vos fessiers, votre bas ventre, l’intimité de votre corps, de l’extérieur vers l’intérieur, remontez et ressentez à l’intérieur la complexité de vos viscères, ressentez tous ses muscles, ce sang qui file et nourrit, ses os qui vous soutiennent.

Ressentez votre colonne vertebrale, votre assise, elle qui vous permet de vous tenir debout, ressentez tous ces nerfs qui relient votre esprit aux parties les plus lointaines les plus profondes de votre corps, ressentez votre estomac, votre foie, prenez conscience de votre rate, de votre pancréas.

Ressentez votre cage thoracique, protectrice de vos poumons, de votre cœur, ressentez-les, remontez votre colonne vertébrale  les vertèbres  les disques, la moelle bien à l’abri, remontez vers vos omoplates, vos épaules, vos clavicules, ressentez vos bras, qui portent, tiennent, se tendent, se replient, vos coudes, ces appuis pour entendre, poser sa tête, saisir et ramener ;

Ressentez vos mains, ressentez jusqu’au bout de vos ongles, tout ce qui palpite sous la peau, tout ce qui constitue la nature meme de vos mains, remontez vers votre cou, vers votre nuque, ressentez la colonne qui tient votre tête, la gorge, les cordes vocales, les organes cachés dedans les artères, les veines qui palpitent.

Remontez et ressentez votre menton, votre visage, vos oreilles, ressentez vos narines, vos yeux, les mouvements, les globes, les nerfs optiques, ressentez depuis la surface de votre visage jusqu’à son ossature en prenant conscience de chaque couche interieure.

Remontez vers votre front, ressentez vos cheveux jusqu’à leur racine, prenez conscience de la totalité de vous même, de cette part physique de vous, de sa densité, de sa lourdeur, de sa complexité.

Prenez totalement conscience de vous, de l’appui de votre dos sur ce sur quoi vous vous êtes tranquillement allongé. Sentez le si fin matelas d’air qui est entre lui et vous. Ressentez le. Il s’épaissit tout doucement, le matelas d’air entre vous et ce qui vous porte devient plus dense, devient un matelas lui même.

L’air sous vous vous porte et une légère brise commence à vous bercer.

Le petit matelas d’air bouge et s’eleve tout doucement avec vous. Vous êtes porté par l’air sous vous et vous vous élevez tout doucement, comme la feuille soulevée par le vent.

Vous vous sentez bien, conscient de vous même et de votre corps, votre poids n’a plus d’importance, l’air vous porte et vous montez, doucement, dans le ciel, dans la chaleur douce de l’air qui vous entoure, vous montez, tranquillement vers le soleil et les nuages là haut.

Doucement, vous dépassez les herbes doucement vous atteignez le haut des buissons, l’air vous porte, et vous atteignez les branches de l’arbre, vous etes en sécurité, l’air vous porte, vous avec conscience de votre corps et vous montez vous promener dans l’azur.

Vous montez, vous atteignez les nuages légers la haut, il y fait doux, il y fait bon, on s’y sent bien, le vent, leger, très doux, vous emmène en voyage, vous êtes extraordinairement détendu, vous sentez la chaleur si douce du soleil, sa caresse sur vous.

Le vent, paisible, rassurant, protecteur, vous emmene en voyage. Au loin, vous apercevez un jardin, une maison, la maison de vos rêves, le jardin de vos rêves, le vent, doux, vous y porte, et vous vous laissez bercer, rassuré, car dans cette maison, il y a vos souvenirs, tous les souvenirs de vos vies antérieures et vous allez pouvoir aller les visiter, sans danger, sans crainte, comme vous le voudrez.

Le jardin se précise, la maison se précise, c’est bien celle que vous connaissez si bien à l’intérieur de vous, celle qui est votre maison, celle que vous saviez avoir quelque part, et voir, un jour, devant vous.

Vous êtes à la porte de ce jardin, tel que vous l’aviez imaginé, vous vous posez, vous entrez, vous marchez dans ce jardin, vous pouvez le visiter, si vous pensez y avoir laissé caché quelques souvenirs et vous pouvez vous diriger vers la maison, vous êtes le maitre de vos vies, et de vos souvenirs. Entrez, la maison est paisible, rassurante, chaque objet est le votre, du hall où vous êtes entré, vous voyez des portes que vous pouvez ouvrir, et derrière chaque porte, il y a une de vos vies.

Vous pouvez ouvrir et regarder, entrer si ca vous plait et refermer si ca ne vous plait pas. Il y a des images, des scènes, des personnages, vous pouvez les regarder, leur parler, écouter, vous pouvez passer d’une pièce à l’autre ou ressortir dans le hall pour changer de pièce.

Ici c’est votre monde, votre monde secret, il n’appartient qu’à vous et vous en etes le maitre. Visitez, promenez vous, vous vous souviendrez de tout, n’ayez jamais peur,vous ne craignez rien, ce n’est que le musée de vos vies, rien ne vous arrivera. C’est vous qui déciderez de finir la visite, pour cette fois, quand vous le voudrez, et vous pourrez revenir une autre fois et encore une autre fois, autant que vous le voudrez.

Le petit nuage matelas qui vous a porté là vous attend sagement à l’entrée du jardin, il suffira de vous allonger, de vous détendre, de vous laisser porter et doucement, il vous ramenera. Vous redescendrez, tranquillement, dans la douceur de l’air, la chaleur tranquille du soleil, vers le lieu où vous vous détendiez.

Vous retrouverez le contact de ce qui vous portait, vous ouvrirez les yeux, détendu et paisible et vous pourrez, en conscience examiner les images, comprendre les scènes, avoir enfin en vous, conscient, les souvenirs de vos vies antérieures revisitées.

Vous pourrez faire et refaire ce voyage autant qu’il vous plaira, retourner creuser une vie, repartir d’une image pour faire défiler le film un peu plus loin, choisir d’ouvrir une autre porte, de comprendre une autre vie, vous serez toujours le maitre car vous êtes votre propre et unique maitre.

Vous le ferez toujours en conscience sans quitter votre corps, sans risque, sans que personne ne puisse prendre de pouvoir sur vous, vous serez votre guide et votre visiteur à la fois.

Je vous souhaite une très jolie et riche promenade dans vos vies antérieures
Mao

Source : Mao Chardin  http://maomedium.unblog.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.